Décès de Jean-Pierre Le Normand, maire de PLOUBAZLANEC

Jean-Pierre Le Normand, maire de Ploubazlanec, est décédé des suites d’une longue maladie ce samedi 23 octobre 2021. Il avait 72 ans.

Les hommages sont unanimes.

« Un grand humaniste »

A commencer par Richard Vibert, le premier adjoint, qui assurait le lien entre le maire et la municipalité et était un ami. “Il était un homme de gauche, consensuel et de grande conviction. Un grand humaniste”.

Fanny Chappé, maire de Paimpol, ne cache pas son émotion face à la perte d’un élu qu’elle qualifie de « féministe » : « J’aurais pu rédiger un mot personnel, tant j’aurais à dire. Mais pour Jean-Pierre nous avons choisi, en hommage à l’homme de territoire qu’il était, d’écrire à plusieurs mains, ensemble. Nous le connaissions tous depuis longtemps et avons tous pu apprécier sa compétence, particulièrement dans le domaine des finances. Ce qui le caractérisait également à nos yeux c’était son profond attachement au maintien des services publics sur notre canton.”

« Jusqu’au bout »

Même discours du côté de la maire de Lanleff, Josette Connan : “Il nous a beaucoup appris, notamment pendant la campagne des municipales. Il nous avait consacré beaucoup de temps pour travailler sur sa spécialité, les finances publiques. Nous les femmes élues, nous lui devons beaucoup.”

Le député Eric Bothorel souligne que “Jean-Pierre Le Normand a été associé jusqu’au bout à la vie de la commune.”

Attaché à la langue française

Cet universitaire, spécialisé dans l’économie, avait commencé une carrière d’élu en 2008 en tant que 1er Adjoint jusqu’en 2020. au dernières municipales, il avait confortablement gagné son fauteuil de maire.

Vice-Président de la Communauté de Communes Paimpol-Goëlo de 2008 à 2017 en charge des finances, il fut aussi conseiller Communautaire à Guingamp Paimpol Agglomération de 2017 à 2020.

Vincent Le Meaux président de l’agglomération et du Centre de gestion des collectivités des Côtes-d’Armor souligne : » Démocrate de gauche et imprégné des valeurs républicaines, il a tant donné à l’éducation, à la formation, à sa commune et au Goëlo. Son caractère franc et direct, sa rigueur au travail et sa tempérance dans nos débats notamment avec les organisations syndicales nous manqueront ».

Il évoque aussi une facette moins connue de cet élu : "attaché à la langue française et exécrant toute forme d’anglicisme, sa pugnacité a contribué notamment à la création de la licence professionnelle technique à Rennes 2 pour les agents territoriaux ".

Extrait de l’article de la Presse d’Armor